Coco, solo pour une femme seule et le prince charmant

Coco, solo pour une femme seule et le prince charmant

Coco, solo pour une femme seule et le prince charmant est la performance d’une danseuse athlète qui domine et plane au dessus de sa condition de femme.

Les actions chorégraphiques, exécutées en talons hauts, et les partitions dansées amènent sur scène la vision d’une femme qui ne craint pas de jouer avec tous les aspects de sa personnalité. Sa puissance physique et son endurance contraste avec la grande sensualité qu’elle dégage. Sa détermination se transforme alors en énergie positive. La colère devient force, la frustration est bazardée et l’exaltation l’emporte.

Dans un décor d’appartement, rempli de vêtement, la danseuse déplace, soulève, pousse et tire les meubles. Elle invente et déconstruit des parcours, ouvre les portes et passe par les fenêtres. En éclatant de rire, elle trouve du bonheur dans la rage. Coco, avec le bruit de ses talons hauts, annonce en fanfare sa jouissance de vivre. Ce solo permet à la chorégraphe Florence Bernad de donner à voir l’expression de ce bonheur intense que représente pour elle devenir soi même. Par le biais de l’humour, elle donne à sa Coco la possibilité de lâcher les rennes et de sortir le fouet pour naviguer entre contrôle et lâcher prise. Pour ce solo, Florence Bernad s’est inspirée du texte de Bernard-Marie Koltès « Coco » (Éditions de Minuit), pièce inachevée qui porte une dédicace à Coco Chanel à travers un dialogue entre elle et sa domestique Consuelo. La relation de ces deux femmes qui se soumettent et se dominent à tour de rôle, nourrit le questionnement de la chorégraphe sur l’existence à l’intérieur du territoire de quelqu’un d’autre. Elle voit une danseuse seule en scène pour incarner les deux héroïnes. Florence Bernad travaille depuis plusieurs années avec Aurélie Mouilhade. Cette danseuse, au niveau technique exceptionnel, permet à la chorégraphe d’exprimer en profondeur une danse enragée et féroce, qui jubile, fait rire, heurte, désacralise, déconstruit et ouvre les yeux ; enfin.

Conventionnée par la Région Languedoc-Roussillon. Soutien Drac Languedoc-Roussillon, Conseil Général de l’Hérault  & de la ville de Montpellier. CCN de Montpellier, CDC d’Avignon et de Grenoble.
COCO, solo pour une femme seule et le prince charmant

Chorégraphie & mise en scène : Florence Bernad Interprète : Aurélie Mouilhade Musique : « Sinner Man » de Nina Simone Lumière : Julie Valette, Samson Milcent Crédit Photo : Maïa Jannel Administration de production : Sonia Marrec